A table avec Maissa

Sous les sunlights des tropiques

A-table-avec-maissa-de-mamamushi-big-4

PHOTOGRAPHE: NICKY RASA

U
n samedi de début de printemps, pendant que Mars déroule obstinément ses journées grisou et son humeur maussade, nous nous réveillons trop contents à l’idée de retrouver nos amis de Nicky Rasa chez Maissa, qui nous invite à sa table de déjeuner. On passe au marché acheter des fleurs, on respire les bonnes odeurs du traiteur libanais histoire de se mettre en appétit, et on file direction le nord de Paris chez Maissa et Yorel. Leur quartier, Jules Joffrin est un de nos préférés de Paris pour ses marchés animés, son melting pot, et ses cafés du coin. Chez Maissa, ça envoie. A peine arrivés, ça sent déjà bon la cuisine méditerranéenne et l’amitié. Elle nous ouvre la porte avec son immense banane, sa bonne humeur et son mix homemade en fond sonore.

A-table-avec-maissa-de-mamamushi-big-2

Bonjour Maissa, peux-tu nous dire en quelques mots qui tu es, ce que tu fais dans la vie ?

 Je m’appelle Maïssa, j’ai 31ans et j’habite à Paris.

J’ai créé Mamamushi, une marque de vêtements et d’accessoires qui allie savoir faire artisanal et style urbain. On y trouve des combinaisons en jean, des chemises et short imprimés au tampon de bois, des tee-shirts, des carnets, des boucles d’oreilles…

Je suis également Dj pour des évènements, cocktails et aussi pour certaines soirées parisiennes. J’ai eu la chance de passer de la musique dans des endroits chouettes comme le Carmen, Le Baron, La Favela Chic, Le Nüba… On peut notamment me retrouver cet été au Ground Control, chez Huguette (nouveau resto bar à Saint Germain)…

On est trop content d’être chez vous, on est trop bien ici. Comment décrirais tu votre chez vous ? C’est quoi votre touche perso ?

Chez nous c’est sous les toits. On a donc la chance d’avoir beaucoup de lumière ce qui nous permet d’avoir un petit jardin d’intérieur avec une multitude de plantes (chlorophytum, papyrus, lentil d’eau…). L’ambiance y est paisible et invite au repos ou à la convivialité. On trouve ça et là une multitude de petits objets ludiques et très différents les uns des autres. 

D’où viennent tous tes objets ? Et ta vaisselle ?

Une grande partie du mobilier a été trouvée dans la rue, donnée ou chinée. Il y a quelques mois, des amis de Norvège nous ont apporté une chaise Eames qu’ils ont trouvée dans la rue, à deux pas de l’appartement.

Les petits objets proviennent pour beaucoup de nos voyages (Inde, Norvège, Venise, Tunisie, Israël, Istanbul…). Concernant la vaisselle, si une partie provient de récup ça et là, nous avons aussi des pieces réalisées par des amis ceéamistes, dont les saladiers de Candy Vitrac et un jeu de tasses à café d’Evelyne Savajols, la mère de Yorel.

Les assiettes et les couverts viennent de chez nous 🙂 Les assiettes en émail sont des Falcon, LA référence de la vaisselle émaillée. L’histoire des couteaux est trop cool, ils sont en bois et inox, ils coupent super bien, et c’est une famille d’artisans couteliers de l’Alentejo qui les fabriquent à la main en pleine campagne alentejane depuis 3 générations.

Comment recevez-vous vos amis chez vous ? Quelles sont vos rituels ?

Notre petit rituel du dimanche est de faire le marché puis d’inviter des amis pour bruncher et faire des parties de jeu de société.

On aime bien faire des pizzas maison, le mafé, les gniocchi, les pâtes à la boutargue et des soupes de champignons ou potimarron l’hiver.

A-table-avec-maissa-de-mamamushi-big-5

Qu’as-tu préparé aujourd’hui ? Tu nous donnerais la recette ?

J’ai préparé une salade de pousse d’épinards au tomates séchées, un houmous, un yaourt au miel et un baba ghanouch, qui est une spécialité d’aubergine.

RECETTE DU BABA GHANOUCH

Pour le baba ghanouch, l’idéal est de le préparer au feu de bois mais ça marche aussi avec un four. Il suffit de laisser griller entièrement l’aubergine avec sa peau pendant une bonne demi heure. Une fois ramollie, on l’ouvre et on y verse un filet d’huile d’olive et une pincée de sel/poivre et de sumac (épice du moyen orient). Et voilà c’est prêt !

A table avec maissa de mamamushi 20

A-table-avec-maissa-de-mamamushi-big-3

Qu’aimes-tu particulièrement dans ton quartier ? Quel est ton top des trucs à faire ?

J’habite dans le 18 eme à Jules Joffrin. J’adore tout dans ce quartier, dans mon top 4 il y a:

Faire l’ascension jusqu’à Montmartre en profitant des petits parcs cachés avant d’arriver sur la place aux milles touristes.

Prendre une assiette de couteaux à la plancha à la Timbale, rue du Mont-Cenis.

Faire une partie de billard au café Leduc avec des amis.

Faire un tour au Guerisol de Marcadet sur le boulevard Barbes.

Et tes boutiques ou lieux préférés pour acheter la gastronomie et/ou la déco ?

Au marché Simplon, il y a un agriculteur (le seul maraicher) qui vend des légumes et qui fait du super jus de pomme. Sinon il y a le petit charcutier de la rue du Poteaux qui vend de très bonnes andouillettes à la graisse d’oie et de la terrine au piment d’espelette.

Il y a quelques magasins de seconde main du coté de la rue de Tretaigne qui vendent de la vaisselle en tout genre. Il y a souvent des pièces très intéressantes. La dernière fois nous avons acheté une couscoussière et une cafetière italienne.

Tes adresses de restos et bars favoris ?

Le Petit Joseph Dijon pour passer de bonnes soirées conviviales et faire des rencontres.

L’Alibi pour boire des coups.

Le Sarment de Montmarte pour leur brunch.

La Kahina pour son couscous berbère.

Le Ground Control l’été pour son ambiance festive.

Comment serait le repas de tes rêves ? 

Lieu : au bord de la mer

Décor : une table pieds dans l’eau

Invités : les copains d’abord

Menu : Thon et anchois marinés, oursins frais, vin blanc, poisson et poulpe grillé

A-table-avec-maissa-de-mamamushi-big-1

Pour un avant-goût des mix de Maissa c’est par ici…

Découvrez les produits de cette histoire