Cent ans de savoir-faire coutelier

Joachim Franzina, Azaruja

Joaquim Franzina Meet the makers3

T
out a commencé il y a 100 ans.

Ou plutôt soyons plus prosaïque. Pour nous ca a commencé il y a deux semaines. Nous faisions un tour dans l’Alentejo, à l’affût de traditions artisanales, et de douceur de vivre. Cette douceur nous l’avons trouvé chez François et Jean-Christophe, deux français qui ont tout quitté pour construire une maison d’hôtes perdue dans les oliviers de l’Alentejo. Leur lieu s’appelle Extramuros et c’est magnifique. C’est un bâtiment ultra contemporain blanc, percé d’ouvertures géométriques harmonieuses qui engloutit la lumière de cette belle campagne dans chacun de ses espaces de vie. François et Jean-Christophe ont fait travailler les artisans locaux, pour l’architecture du bâtiment comme pour son aménagement et… son art de la table.

Joaquim Franzina Meet the makers1

A l’heure du petit déjeuner, dans la jolie salle à manger baignée de lumière, les petits pains frais, la confiture maison et les pasteis du patissier du village voisin sont servis dans des poteries fabriquées localement. Même les couteaux sont fabriqués dans le coin, par une famille d’artisans coutelliers. Nous tombons tout de suite amoureux de leur ligne brute et simplissime, manche en bois d’olivier non ciré et lame carrée.

Nous sommes donc partis à la rencontre des héritiers de Joaquim Franzina, fils du fondateur de la société éponyme. Plantations d’oliviers et de chêne liège, la nature toujours belle. Cette industrie du liège semble douce. Arrêt devant l’ancienne gare Hoperienne d’Azaruja, où un street artist a laissé sa signature.

 

L’histoire de la fabrique Joaquim Franzina a plus de 100 ans. Tout commence en 1900 avec André Franzina, coupeur de liège de profession et père de 8 enfants. Les temps sont difficiles et André est un homme intelligent et ingénieux, qui se dit qu’il doit pouvoir trouver d’autres sources de revenu pour leur foyer.

Il commence alors à récupérer les lames usagées de la fabrique de liège pour en faire des couteaux en improvisant chez lui une roue d’affûtage pour les aiguiser. Les couteaux servent d’abord à la cuisine de la maison, et petit à petit ses amis lui en demandent. L’acier utilisé étant d’une qualité exceptionnelle, les couteaux commencent à faire parler d’eux dans la région et André doit rapidement honorer des commandes de villages voisins puis des commandes d’usines de liège elles-mêmes ! C’est la naissance de la manufacture de couteaux de liège, qui devient au fil des années une véritable entreprise.

Joaquim Franzina Meet the makers20

Devenu vieux, André lègue l’entreprise à trois de ses fils, dont Joaquim, qui donnera avec ses deux filles une vraie impulsion à l’entreprise familiale. Sous la commande de ceux-ci, la manufacture de couteaux se développera dans tout le pays et à l’international pendant plus de trente ans. Elle est aujourd’hui toujours dirigée par les deux filles de Joaquim, Elizabete et Rosa, et leur deux époux, et tient une place importante dans la coutellerie nationale portugaise.

 

 

Retrouvez les couteaux bruts de Joaquim Franzina sur le shop nous ! La lame au bout carré est fabriquée à la main à partir de la meilleure qualité d’acier et durera toute la vie. Le manche sculpté à la main est en bois d’olivier non vernis et prendra une patine douce au fil du temps.

Joaquim Franzina Meet the makers34


Découvrez les produits de cette histoire