[:fr]Tout part de la forêt[:en]A story of trees[:]

[:fr]Knieja Wood, objets en bois éco-conçus et faits main[:en]Knieja Wood, eco-designed wooden objects made by hand[:]

[:fr]

PHOTOGRAPHIES: NOUS

L
e bois.

C’est un medium que l’on représente un peu chez nous, mais pas assez à notre goût. Joaquim Franzina le tourne et le sculpte pour ses couteaux, Ibrahim transforme des morceaux de bois de citronnier et d’arganier pour en faire des couverts aux lignes efficaces sur son étal du marché d’Ibn Toumert à Marrakech, Pallares le polit pour ses couteaux à Solsona, Ary Trays travaille le bouleau a la plaque pour ses plateaux… Tous façonnent cette matière et on avait envie d’aller plus loin. D’avoir la matière pour elle même, d’y reconnaître l’arbre presque. En faisant des recherches on est tombé sur Morgane de Knieja Wood qui travaille elle aussi aux Grands Voisins et qui a tout de suite été partante pour nous rencontrer.

Bonjour Morgane, peux tu nous raconter en quelques mots qui tu es et d’où tu viens ?

J’ai grandi dans un petit village où tout le monde se connait. Dans ma famille les hommes se transmettent de génération en génération la maitrise de l’exploitation durable de la forêt. Mon père m’a surement transmis cette admiration pour les arbres et la forêt en général. Petite mon espace de jeu préféré était le bois situé à côté de chez mes parents. Je pouvais y rester des heures avec mes copines. Je suis très sensible à la nature et à son devenir. Une fois le bac en poche j’ai dû quitter la maison familiale pour poursuivre mes études à Reims puis à Paris, mais je reste malgré tout une fille de la campagne en ville. Je ne peux pas imaginer ma vie sans les grands espaces, le calme et la simplicité d’une journée passée hors du tumulte urbain.

Comment es-tu devenue ébéniste ?

Tout a commencé un après-midi alors que j’étais avec mon père dans la forêt. Un bel acacia devait être coupé pour laisser place aux plus petits et je ne voulais pas qu’il parte en fumée (l’essentiel des arbres abattus finit en bois de chauffage). Ce jour là, je suis repartie avec deux beaux plateaux bruts sous les bras et quelques idées dans la tête. J’ai donc commencé à travailler le bois alors que j’étais encore en poste au sein d’une agence de relations presse et de conseil en communication. Depuis je me suis lancée dans cette belle aventure qu’est Knieja Wood. Le fait de travailler de mes mains, de manière artisanale a été une sorte d’évidence pour moi et travailler le bois également. C’est ce que j’aime le plus dans mon activité, le contact avec le bois, son odeur, sa densité, ses teintes. C’est un matériau noble et naturel.

J’ai la chance d’avoir depuis plusieurs mois un petit atelier à Paris, sur le site des Grands Voisins. Cet espace je l’ai rêvé et je suis très heureuse de pouvoir y travailler tous les jours. Toutes les étapes en amont du travail final (sourcing, séchage etc) sont réalisées à la campagne, chez mes parents.

Tu nous parles un peu de Knieja Wood ?

C’est ma petite entreprise et marque d’objets unique en bois massif façonnés à la main. Knieja signifie bois en polonais ; ma mère est polonaise, c’est ma façon de lui rendre hommage.

Je ne sais pas si il y a un style Knieja Wood mais si il fallait le qualifier je dirais un style authentique, brut et épuré. Jusqu’à présent il n’y avait pas vraiment de collection mais cela va surement changer. J’ai travaillé sur une déclinaison de pièces inspirée des fonds marins et l’idée de faire cela plus régulièrement me plaît. La nature m’inspire beaucoup mais les vieux livres de botanique aussi.

Aucune de mes pièces n’est identique à une autre. Elles sont toutes uniques, travaillées à la main en fonction du bois que j’ai à ma disposition mais elles restent tout de même utilitaires. J’aime l’idée qu’une pièce soit utilisée, qu’elle vive, se patine, s’abîme avec le temps.

Lorsque je travaille le bois je me sens libre et j’ai l’impression d’être à ma place. Je suis heureuse de pouvoir travailler de mes mains et de proposer des objets durables créés avec soin et passion. Le fait de travailler en circuit très court est également un élément très important pour moi et renforce cette idée de liberté. Le sourcing du bois dans la forêt ou chez des particuliers, le débardage, la coupe, le séchage, la transformation, toutes ses étapes font partie de mon quotidien et c’est aussi cela qui fait Knieja Wood.

 

Retrouvez les créations de Morgane chez nous, 19 rue Clauzel, Paris 9ème
[:en]

PHOTOGRAPHS: NOUS

English version coming soon…

L
e bois.

C’est un medium que l’on représente un peu chez nous, mais pas assez à notre goût. Joaquim Franzina le tourne et le sculpte pour ses couteaux, Ibrahim transforme des morceaux de bois de citronnier et d’arganier pour en faire des couverts aux lignes efficaces sur son étal du marché d’Ibn Toumert à Marrakech, Pallares le polit pour ses couteaux à Solsona, Ary Trays travaille le bouleau a la plaque pour ses plateaux… Tous façonnent cette matière et on avait envie d’aller plus loin. D’avoir la matière pour elle même, d’y reconnaître l’arbre presque. En faisant des recherches on est tombé sur Morgane de Knieja Wood qui travaille elle aussi aux Grands Voisins et qui a tout de suite été partante pour nous rencontrer.

Bonjour Morgane, peux tu nous raconter en quelques mots qui tu es et d’où tu viens ?

J’ai grandi dans un petit village où tout le monde se connait. Dans ma famille les hommes se transmettent de génération en génération la maitrise de l’exploitation durable de la forêt. Mon père m’a surement transmis cette admiration pour les arbres et la forêt en général. Petite mon espace de jeu préféré était le bois situé à côté de chez mes parents. Je pouvais y rester des heures avec mes copines. Je suis très sensible à la nature et à son devenir. Une fois le bac en poche j’ai dû quitter la maison familiale pour poursuivre mes études à Reims puis à Paris, mais je reste malgré tout une fille de la campagne en ville. Je ne peux pas imaginer ma vie sans les grands espaces, le calme et la simplicité d’une journée passée hors du tumulte urbain.

Comment es-tu devenue ébéniste ?

Tout a commencé un après-midi alors que j’étais avec mon père dans la forêt. Un bel acacia devait être coupé pour laisser place aux plus petits et je ne voulais pas qu’il parte en fumée (l’essentiel des arbres abattus finit en bois de chauffage). Ce jour là, je suis repartie avec deux beaux plateaux bruts sous les bras et quelques idées dans la tête. J’ai donc commencé à travailler le bois alors que j’étais encore en poste au sein d’une agence de relations presse et de conseil en communication. Depuis je me suis lancée dans cette belle aventure qu’est Knieja Wood. Le fait de travailler de mes mains, de manière artisanale a été une sorte d’évidence pour moi et travailler le bois également. C’est ce que j’aime le plus dans mon activité, le contact avec le bois, son odeur, sa densité, ses teintes. C’est un matériau noble et naturel.

J’ai la chance d’avoir depuis plusieurs mois un petit atelier à Paris, sur le site des Grands Voisins. Cet espace je l’ai rêvé et je suis très heureuse de pouvoir y travailler tous les jours. Toutes les étapes en amont du travail final (sourcing, séchage etc) sont réalisées à la campagne, chez mes parents.

Tu nous parles un peu de Knieja Wood ?

C’est ma petite entreprise et marque d’objets unique en bois massif façonnés à la main. Knieja signifie bois en polonais ; ma mère est polonaise, c’est ma façon de lui rendre hommage.

Je ne sais pas si il y a un style Knieja Wood mais si il fallait le qualifier je dirais un style authentique, brut et épuré. Jusqu’à présent il n’y avait pas vraiment de collection mais cela va surement changer. J’ai travaillé sur une déclinaison de pièces inspirée des fonds marins et l’idée de faire cela plus régulièrement me plaît. La nature m’inspire beaucoup mais les vieux livres de botanique aussi.

Aucune de mes pièces n’est identique à une autre. Elles sont toutes uniques, travaillées à la main en fonction du bois que j’ai à ma disposition mais elles restent tout de même utilitaires. J’aime l’idée qu’une pièce soit utilisée, qu’elle vive, se patine, s’abîme avec le temps.

Lorsque je travaille le bois je me sens libre et j’ai l’impression d’être à ma place. Je suis heureuse de pouvoir travailler de mes mains et de proposer des objets durables créés avec soin et passion. Le fait de travailler en circuit très court est également un élément très important pour moi et renforce cette idée de liberté. Le sourcing du bois dans la forêt ou chez des particuliers, le débardage, la coupe, le séchage, la transformation, toutes ses étapes font partie de mon quotidien et c’est aussi cela qui fait Knieja Wood.

Retrouvez les créations de Morgane chez nous, 19 rue Clauzel, Paris 9ème
[:]